Rencontre entre S.E Prof. Mohammed Belhocine et S.E Mamadú JAO à Abuja au Nigeria

|   PAU

 Le Commissaire de l’Union africaine en charge de l’Education, des Sciences et Technologies et de l’Innovation (ESTI), S.E. Prof. Mohammed Belhocine, a rendu visite au Commissaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en charge du Département de l'Education, de la Science et de la Culture, S.E. Mamadú Jao. La rencontre s’est déroulée à Abuja, Nigeria, au Siège de la CEDEAO, le 07 avril 2022.  

Le Professeur Belhocine était en visite de travail au Nigeria. Il a informé son hôte de l’objet de sa visite au Nigeria qui visait à passer en revue le fonctionnement de l’Institut de l’Université panafricaine des Sciences de la Vie et de la Terre y compris la Santé et l’agriculture (PAULESI), mais également à s’entretenir avec les responsables gouvernementaux et des Communautés Economiques Régionales (CER) sur les questions relevant de son portefeuille dans l’optique du renforcement des liens de coopération pour l’atteinte des objectifs définis dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

 

A cet effet, le Commissaire ESTI a affirmé : « Nous sommes un bras d'une même volonté », pour exprimer l’engagement commun de la CEDEAO et de l’UA de voir avancer l’agenda africain, notamment en matière d’éducation. Il a également rappelé le rôle des CER, soulignant au passage que tout comme l’Union africaine (UA), elles ne disposent pas de territoire, et tirent donc leur légitimité de la volonté et de la confiance des Etats membres.

 

Il a par ailleurs présenté l’Université panafricaine (UPA), ses instituts thématiques et leur localisation, ainsi que le nombre d’étudiants formés à ce jour. Il n’a pas manqué de mettre en avant la dimension panafricaine de l’Université, insistant sur le critère clé du maximum de représentativité des Etats membres de l’UA au sein de l’université.

 Le Commissaire a émis le vœu de voir pérennisé le financement de l’UPA et augmenté le nombre de bourses octroyées aux étudiants africains.

 

Il a également brièvement présenté le mandat du Centre international pour l'Éducation des jeunes filles et des femmes en Afrique (CIEFFA), basé à Ouagadougou au Burkina Faso, qui consiste à coordonner la promotion de l’éducation des jeunes filles et des femmes en Afrique, en vue de l’atteinte de leur autonomisation économique, sociale et culturelle.

Il a conclu son propos en souhaitant voir la collaboration entre la CEDEAO et l’UA être renforcée. A cet effet, il a déclaré : «  si nous voulons des résultats palpables sur le Continent, nous devons travailler en synergie afin d'aboutir à la mise en œuvre effective de l'Agenda 2063 : Une Afrique prospère basée sur une croissance inclusive et un développement durable ».

 

Prenant la parole à son tour, le Commissaire Mamadú Jao, a souligné que l'UA et la CEDEAO partagent pratiquement les mêmes préoccupations.

Il a décliné les programmes phares de son Département  tout en mettant  un accent particulier sur  l’harmonisation du Système éducatif. En effet a-t-il précisé, la CEDEAO se mobilise à travers la mise en œuvre du Programme régional sur l’Education. Pour ce faire, elle vulgarise les programmes sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes ainsi que l’harmonisation des systèmes éducatifs dans l’espace régional.

Il a par la suite abordé la question du Programme de Mobilité Académique  de la CEDEAO qui vise à améliorer l’accès à l’éducation dans des domaines d’importance stratégique pour la région ainsi que la mobilité des enseignants, et le programme de bourse aux étudiants octroyé par le gouvernement espagnol.

 

Rappelant que l’éducation était l’un de ses programmes prioritaires, il a relevé la nécessité de travailler en étroite collaboration avec l’UA, notamment dans le cadre du renforcement des capacités. Il a par ailleurs mis un accent particulier sur la promotion et la valorisation des Sciences et Technologies, l’Innovation (STI) et la recherche au sein de la CEDEAO.

 

Dans le domaine de la Culture, il a déclaré que la CEDEAO travaille fermement avec les États membres pour le retour des biens culturels à leurs pays d’origine. A cet effet, des campagnes de sensibilisation, a-t-il dit, sont menées pour le renforcement du cadre juridique en lien avec la restitution des biens culturels africains à leurs pays d’origine.

 

Abordant le volet des difficultés rencontrées, il a évoqué des défis d’ordre financier et liés aux ressources humaines. Il s’est dit ouvert à une plus forte collaboration avec l’UA pour plus d'impact sur le terrain. Dans ce cadre, il a révélé qu’une mission de travail de la CEDEAO se rendra dans les prochains jours à Addis-Abeba.

Les deux Commissaires ont convenu de continuer le dialogue et d’explorer les moyens d’une collaboration concrète dans les domaines d’intérêt commun. 

 

 

Pour plus d’informations, bien vouloir contacter :

  1. Mrs. Esther Azaa Tankou | Head of Information Division | Information and Communication Directorate, African Union Commission | Mobile: +251911361185 | E-mail: yamboue@africa-union.org
  2. Ms. Claudette Chancelle BILAMPASSI MOUTSATSI| ESTI Department, African Union Commission | Tel: +251 115 517 700 | E-mail:BilampassiC@africa-union.org 
  3. Mr. Gamal Eldin Ahmed A. Karrar | Senior Communication Officer | Information and Communications Directorate | E-mail:GamalK@africa-union.org

 

Information and Communication Directorate, African Union Commission I E-mail:DIC@africa-union.org
Web:www.au.int| Addis Ababa, Ethiopia | Follow Us:Facebook | Twitter | Instagram | YouTube